首页
  走进使馆
  大使致辞
  大使简历
  使馆图片
  使馆活动
  历任大使
  中塞关系
  政治关系
  经贸往来
  文化交流
  教育交流
  卫生交流
  关注中国
  中国概况
  中国经济
  对外政策
  中国文化
  经商服务
  领侨服务
  领事部信息
  关于签证
  公证认证
  护照旅行证
  表格下载
  了解塞内加尔
  塞内加尔概况
  塞内加尔地图
  专题
  台湾问题
  西藏问题
  中非合作论坛
  办理来塞签证
  国内重要团组来访
  “一带一路”愿景与行动
  经商处链接
  重要新闻
  友情链接
  联系我们
  首页 > 专题 > “一带一路”愿景与行动
Construire ensemble la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du XXIe siècle–Perspectives et actions
 (2015-04-04)
 

Commission nationale du Développement et de la Réforme
Ministère des Affaires étrangères
Ministère du Commerce

Mars 2015

Sommaire

Avant-propos

1

I.

Contexte historique

3

II.

Principes

6

III.

Cadre général

8

IV.

Priorités de la coopération

11

V.

Mécanismes de coopération

22

VI.

La situation des différentes régions chinoises dans l'ouverture

 

24

VII.

La Chine en action

29

VIII.

Construire ensemble un bel avenir

31

Avant-propos

Il y a plus de deux millénaires, plusieurs voies d'é- changes commerciaux et culturels reliant les grandes civi- lisations asiatique, européenne et africaine ont été tracées par les peuples travailleurs et courageux de l'Asie et de l'Europe ; ces voies ont été baptisées plus tard « Route de la Soie ». Depuis des siècles, l'esprit de la Route de la Soie, caractérisé par la paix, la coopération, l'ouverture, la tolérance, l'apprentissage et l'inspiration mutuels, les avantages réciproques et le gagnant-gagnant, se transmet de génération en génération. Cet esprit favorise le progrès de la civilisation humaine, joue un important rôle de trait d'union pour la promotion de la prospérité et du dé- veloppement des pays riverains de la Route de la Soie, symbolise les échanges et la coopération entre l'Orient et l'Occident, et, enfin, constitue un patrimoine historique et culturel commun de tous les pays.

Dans la nouvelle époque du XXIe siècle, marquée par la paix, le développement, la coopération et le gagnant- gagnant, il est d'autant plus important et pertinent de faire rayonner l'esprit de la Route de la Soie que l'économie mondiale connaît une reprise faible et que la situation internationale et régionale demeure complexe.

Lors de ses visites en Asie centrale et en Asie du Sud-Est, effectuées respectivement en septembre et en oc- tobre 2013, le Président chinois Xi Jinping a successi- vement lancé l'initiative de construire conjointement une Ceinture économique de la Route de la Soie et celle sur une Route de la Soie maritime du XXIe siècle (ci-après dénommées la Ceinture et la Route), initiatives attirant une haute attention de la communauté internationale. Le Premier Ministre chinois Li Keqiang a proposé, lors de la Foire Chine-ASEAN en 2013, de construire une Route de la Soie maritime orientée vers l'ASEAN et de créer des points d'appui stratégiques favorables au développement des régions intérieures de la Chine. L'accélération de la construction de la Ceinture et de la Route permet de pro- mouvoir la prospérité économique des pays riverains ainsi que la coopération économique régionale, d'intensifier les échanges et l'inspiration mutuelle entre les différentes civilisations, et de favoriser le développement pacifique mondial. Il s'agit donc là d'une cause grandiose bénéfique à tous les peuples.

La construction de la Ceinture et de la Route cons- tituant un ouvrage systématique, il est impératif d'obser- ver les principes de consultation commune, de construc- tion conjointe et de partage, et de favoriser la synergie des stratégies de développement des pays riverains. Afin de promouvoir l'initiative de la Ceinture et de la Route, de permettre à l'ancienne Route de la Soie de retrouver sa vitalité, de resserrer les liens des pays asiatiques, euro- péens et africains sous une nouvelle forme et de porter leur coopération mutuellement avantageuse à un nouveau palier historique, le gouvernement chinois élabore et publie le présent document intitulé Construire ensemble la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du XXIe siècle – Perspectives et actions.

I. Contexte historique

Le monde actuel est en train de traverser des chan- gements complexes et importants ; l'impact profond de la crise financière internationale continue à se faire sentir ; l'économie mondiale connaît une lente reprise et un déve- loppement divergent ; l'échiquier international de l'inves- tissement et du commerce ainsi que les règles de l'inves- tissement et du commerce multilatéraux sont à réajuster ; tous les pays font face à de sévères problèmes de déve- loppement. L'initiative de la construction conjointe de la Ceinture et de la Route correspond parfaitement au cou- rant de notre époque, à savoir la multipolarisation mon- diale, la mondialisation économique, la diversification culturelle et l'informatisation sociale. Elle préconise la coopération régionale ouverte et vise à sauvegarder le système de libre-échange mondial et l'économie mondiale ouverte. Cette initiative a pour but de réaliser une cir- culation ordonnée et libre des facteurs économiques ainsi qu'une distribution efficace des ressources et une inté- gration profonde du marché, de favoriser la coordination des politiques économiques des pays riverains, de mener une coopération régionale plus approfondie, à plus grande échelle, à un niveau plus élevé, et de créer ensemble une architecture de coopération économique régionale qui soit ouverte, inclusive, équilibrée et bénéfique à tous. Cons- truire ensemble la Ceinture et la Route, d'une part, corres- pond aux intérêts fondamentaux de la communauté inter- nationale, et d'autre part, reflète l'idéal et l'aspiration communs de l'humanité. Cela s'inscrit dans les efforts visant à explorer de nouveaux modes de coopération internationale et de gouvernance mondiale, et joue un rôle positif pour le développement pacifique du monde.

La construction conjointe de la Ceinture et de la Route a pour objectif de favoriser l'interconnexion entre les continents asiatique, européen et africain ainsi que les mers et océans adjacents, d'établir et de consolider le partenariat d'interconnexion des pays riverains, de mettre en place un réseau d'interconnexion intégré, tous azimuts et à divers niveaux, et de réaliser un développement di- versifié, autonome, équilibré et durable des pays riverains. Le projet d'interconnexion relevant de l'initiative de la Ceinture et de la Route favorisera la jonction et l'in- teraction des stratégies de développement des pays rive- rains, mettra en valeur les potentialités des marchés dans cette région, développera l'investissement et la consom- mation, et créera des demandes et des emplois. Par ailleurs, il intensifiera les échanges culturels des peuples riverains et l'inspiration mutuelle de leurs civilisations, favorisera leur fréquentation, leur connaissance, leur confiance et leur respect mutuels, et leur permettra une vie harmonieuse, paisible et aisée.

Actuellement, l'économie chinoise est étroitement liée à l'économie mondiale. La Chine s'en tiendra à sa politique fondamentale de l'ouverture sur l'extérieur pour créer une nouvelle situation de l'ouverture tous azimuts et s'intégrer de façon approfondie au système économique mondial. Faire progresser la construction de la Ceinture et de la Route est une nécessité pour la Chine qui souhai- terait élargir et approfondir son ouverture d'une part, et renforcer sa coopération mutuellement bénéfique avec tous les autres pays d'autre part. La Chine entend assumer plus de responsabilités et de devoirs dans la mesure de ses capacités afin de contribuer davantage au développement pacifique de l'humanité.

II. Principes

Observer scrupuleusement les buts et principes de la Charte des Nations Unies. Il convient de respecter les Cinq principes de la coexistence pacifique : respect mutuel de l'intégrité territoriale et de la souveraineté, non-agres- sion mutuelle, non-ingérence mutuelle dans les affaires intérieures, coexistence pacifique, égalité et avantages ré- ciproques.

Persévérer dans l'ouverture et la coopération. La Ceinture et la Route concernent notamment mais pas exclusivement les pays riverains de l'ancienne Route de la Soie. Tous les autres pays, ainsi qu'organisations interna- tionales et régionales, peuvent participer à leur construc- tion, et les fruits de celle-ci bénéficieront à des régions toujours plus vastes.

Persévérer dans l'harmonie et la tolérance. Nous préconisons la tolérance des civilisations et respectons le choix des différents pays en matière de voie et de mode de développement. Les différentes civilisations doivent ren- forcer leur dialogue, rechercher les consensus par-delà les divergences, s'inspirer les unes les autres, coexister pacifi- quement et prospérer ensemble.

Faire jouer le rôle du marché. Il faut observer la loi du marché et les règles internationales en vigueur, mettre pleinement en valeur le rôle décisif du marché dans la distribution des ressources et le rôle central des entreprises, tout en faisant valoir le rôle du gouvernement.

Persévérer dans les avantages réciproques et l'es- prit gagnant-gagnant. Nous devons tenir compte des in- térêts et des préoccupations de toutes les parties, recher- cher la convergence des intérêts et le plus grand commun diviseur de la coopération, faire preuve de sagesse et de créativité, mettre en valeur les atouts des uns et des autres, et faire valoir les points forts et le potentiel de toutes les parties.

III. Cadre général

L'initiative « La Ceinture et la Route » constitue une voie de coopération gagnant-gagnant favorisant le déve- loppement commun et la prospérité partagée, et une voie de paix et d'amitié promouvant la compréhension, la confiance et les échanges sur tous les plans. Le gouver- nement chinois préconise d'adopter les concepts de paix, de coopération, d'ouverture, de tolérance, d'apprentissage réciproque, d'inspiration mutuelle, d'avantages récipro- ques et de gagnant-gagnant, afin de promouvoir dans tous les domaines la coopération pragmatique, et de créer une communauté d'intérêts, de destin et de responsabilités, basée sur la confiance mutuelle politique, l'intégration économique et la tolérance culturelle.

La Ceinture et la Route traversent les continents asia- tique, européen et africain, reliant à l'est la zone écono- mique dynamique de l'Asie de l'Est et à l'ouest la zone économique développée de l'Europe, et couvrant nombre de pays d'une grande potentialité économique. La Cein- ture économique de la Route de la Soie vise notamment à assurer la liaison économique entre la Chine et l'Europe (mer Baltique) en passant par l'Asie centrale et la Russie, celle entre la Chine et le Golfe persique voire la Médi- terranée en passant par l'Asie centrale et l'Asie de l'Ouest, et celle entre la Chine et l'Asie du Sud-Est, l'Asie du Sud et l'océan Indien. La Route de la Soie maritime du XXIe siècle suit l'itinéraire allant des ports maritimes de la Chine jusqu'en Europe, en passant par la Mer de Chine méridionale et l'océan Indien, ainsi que celui partant des ports maritimes de la Chine jusqu'au Pacifique Sud, en passant par la Mer de Chine méridionale.

Sur terre, on s'appuie sur de grandes artères inter- nationales et des métropoles riveraines, et on prend pour plates-formes de coopération les principaux parcs éco- nomiques, commerciaux et industriels, en vue de créer ensemble des couloirs internationaux de coopération éco- nomique, dont le nouveau pont continental eurasiatique, le couloir Chine-Russie-Mongolie, le couloir Chine-Asie centrale-Asie de l'Ouest, et le couloir Chine-Péninsule indochinoise. En mer, on fait des principaux ports les points de connexion afin de construire conjointement des voies de transport sûres, efficaces et sans obstacles. Le couloir économique Chine-Pakistan et le couloir écono- mique Bangladesh-Chine-Inde-Myanmar sont étroitement liés à la construction de la Ceinture et de la Route ; il faut donc promouvoir la coopération en la matière afin d'ob- tenir des progrès plus notables.

La construction de la Ceinture et de la Route ouvre de belles perspectives économiques à l'ouverture des pays riverains et à leur coopération. Les pays riverains doivent conjuguer leurs efforts pour avancer ensemble vers l'ob- jectif de bénéfices mutuels et de sécurité commune. Il faut s'appliquer à perfectionner les infrastructures régionales, à bâtir un réseau de transport terrestre, maritime et aérien sûr et efficace, et à porter l'interconnexion à un nouveau palier. Les investissements et le commerce seront facilités davantage ; un réseau de zones de libre-échange des plus hauts standards sera pratiquement mis en place ; les liens économiques seront plus étroits ; la confiance mutuelle sur le plan politique sera consolidée. De plus, les échanges socio-culturels seront davantage élargis et approfondis ; les différentes civilisations s'inspireront mutuellement pour une prospérité partagée ; et les peuples du monde vivront dans l'entente, l'amitié et la paix.

IV. Priorités de la coopération

Les pays riverains de la Ceinture et de la Route, qui possèdent différentes ressources naturelles et jouissent d'une forte complémentarité économique, et leur coopé- ration recèle de grandes potentialités et possibilités. Ils sont appelés à intensifier leur coopération dans les cinq domaines suivants :

La coordination en matière de politiques. Renfor- cer le dialogue en matière de politique fournit une garantie importante pour la construction de la Ceinture et de la Route. Il est donc nécessaire d'intensifier la coopération intergouvernementale, de mettre en place des mécanismes de communication et d'échange intergouvernementaux en matière de macro-politique aux différents niveaux, d'appro- fondir la convergence d'intérêts, d'accroître la confiance politique mutuelle et de dégager un nouveau consensus sur la coopération. Les pays riverains de la Ceinture et de la Route peuvent échanger pleinement sur leurs straté- gies et les mesures de développement économique en vue d'en créer une synergie, élaborer ensemble des plans et des mesures pour la promotion de la coopération régionale, résoudre par consultation les problèmes survenus dans la coopération, et apporter conjointement des soutiens poli- tiques à la coopération pragmatique et à la mise en œuvre de grands projets.

L'interconnexion des infrastructures. Il s'agit d'un domaine prioritaire dans la construction de la Ceinture et de la Route. Dans le respect de la souveraineté et des pré- occupations liées à la sécurité nationale des pays concer- nés, les pays riverains doivent veiller à la cohérence de leurs plans et normes de la construction des infrastructures, promouvoir ensemble la construction de grandes voies internationales et mettre progressivement en place des réseaux d'infrastructures couvrant les différentes sous- régions de l'Asie et reliant l'Asie, l'Europe et l'Afrique. En outre, il faut renforcer la construction et la gestion des infrastructures vertes et à bas carbone et tenir pleinement compte des effets du changement climatique lors de leur construction.

Il faut prêter attention aux passages, aux points de jonction et aux projets clés dans la construction des infra- structures de transport, réaliser en priorité la connexion des tronçons non connectés, éliminer les goulots d'étran- glement routiers, améliorer les installations de sécurité routière ainsi que les équipements de gestion pour amé- liorer la desserte routière. Un mécanisme de coordination unifié pour l'ensemble des réseaux de transport doit être rapidement mis en place afin de favoriser le parfait en- chaînement entre le dédouanement international, le trans- bordement et le transport multimodal, de former progres- sivement des règles de transport cohérentes et normalisées et de réaliser la facilitation du transport international. Il est indispensable de promouvoir la construction des infra- structures aux postes-frontières, de fluidifier le transport combiné route-fleuve-mer, de promouvoir la construction conjointe de ports, de multiplier les lignes maritimes et les fréquences de services, et de renforcer la coopération en vue d'une logistique maritime informatisée. Il convient d'élargir la plate-forme et le mécanisme de coopération tous azimuts en matière d'aviation civile, et d'améliorer rapidement les infrastructures de l'aviation.

Il est nécessaire de renforcer la coopération en ma- tière d'interconnexion des infrastructures d'énergie, de préserver ensemble la sécurité des oléoducs, des gazoducs et des autres conduites d'acheminement, d'encourager la construction des systèmes d'alimentation et des lignes de transmission électriques transfrontaliers et de promouvoir activement la coopération visant la transformation et la montée en gamme des réseaux électriques régionaux.

Il faut travailler ensemble à la construction des ré- seaux dorsaux de télécommunications à câble optique transfrontaliers afin d'améliorer l'interconnexion des télé- communications internationales et de fluidifier la « Route de la Soie informatique ». Il faut également accélérer la construction des câbles optiques transfrontaliers bilatéraux, planifier la pose de câbles optiques sous-marins inter- continentaux, perfectionner la transmission d'information par satellite, et élargir la coopération et les échanges en matière d'information.

La facilitation du commerce. La coopération en matière d'investissements et de commerce est une priorité de la construction de la Ceinture et de la Route. Il faut veiller à faciliter les investissements et le commerce, en éliminer les barrières, créer un environnement national et régional propice aux affaires. La Chine s'engage active- ment, de concert avec les régions et les pays riverains, dans la construction de zones de libre-échange, l'exploi- tation des potentiels de coopération et l'agrandissement du « gâteau » de coopération.

Les pays riverains se doivent d'intensifier la coopé- ration entre leurs services douaniers en matière d'échange d'informations, de reconnaissance réciproque des contrôles et d'assistance réciproque dans l'application des lois, et la coopération bilatérale et multilatérale dans les domaines de l'inspection sanitaire, de la quarantaine, de la certifi- cation, de l'accréditation, des normes, du mesurage et des informations statistiques, et de travailler pour l'entrée en vigueur et la mise en application de l'Accord sur la facilitation des échanges de l'OMC. Ils doivent améliorer les infrastructures de dédouanement aux postes-frontières et y accélérer la création de « guichet unique » afin de réduire le coût et d'améliorer les services de dédouane- ment. Il faut renforcer la coopération pour assurer la sé- curité des chaînes d'approvisionnement et en promouvoir la facilitation ; favoriser la coordination en matière de procédure de contrôle transfrontalier, la vérification en ligne des certificats d'inspection et de quarantaine ; et appliquer la reconnaissance mutuelle des entreprises certifiées OEA. Il convient de réduire les barrières non tarifaires et d'améliorer ensemble la transparence des mesures commerciales techniques, la libéralisation et la facilitation du commerce.

Il faut élargir les domaines du commerce et en opti- miser la structure afin de trouver de nouveaux pôles de croissance commerciale et de promouvoir l'équilibre com- mercial. L'innovation sera encouragée pour développer de nouvelles formes de commerce telles que l'e-commerce transfrontalier. Un système de promotion du commerce de services doit être établi et perfectionné afin de consolider et élargir le commerce traditionnel et de développer énergiquement le commerce de services moderne. Il faut associer l'investissement et le commerce pour que l'inves- tissement entraîne le développement du commerce.

Le processus de facilitation des investissements est à accélérer pour en éliminer les barrières. Il est impératif d'intensifier les négociations sur l'accord de protection réciproque des investissements et la convention relative à la double imposition afin de protéger les droits et intérêts légitimes des investisseurs.

Il faut élargir les domaines d'investissement mutuel, approfondir la coopération en matière d'agriculture, de sylviculture, d'élevage, de pêche, de machine agricole, de production et de transformation agricoles, et promouvoir activement la coopération dans les domaines de l'élevage marin, de la pêche hauturière, de la transformation des produits aquatiques, du dessalement de l'eau, de la bio- pharmaceutique marine, de l'ingénierie marine, de l'in- dustrie environnementale et du tourisme maritime. Il convient de renforcer la coopération dans la prospection et l'exploitation des énergies et ressources traditionnelles comme le charbon, le pétrole, le gaz et les minéraux mé- taux, de promouvoir activement la coopération en matière d'énergies propres et renouvelables telles que l'hydro- électricité, l'électricité nucléaire, l'électricité éolienne et l'énergie solaire, et de favoriser la coopération sur la transformation des énergies et des ressources à proximité des sites de production pour créer une chaîne industrielle intégrant l'amont et l'aval de la coopération en matière d'énergies et de ressources. Il importe également de ren- forcer la coopération sur les technologies de transforma- tion avancée des énergies et des ressources, les équipe- ments concernés et les services d'ingénierie.

La coopération dans les industries émergentes est à promouvoir. Les pays riverains ont à coopérer de manière approfondie dans les nouveaux secteurs comme la tech- nologie d'information de nouvelle génération, la biologie, les nouvelles énergies et les nouveaux matériaux selon les principes de complémentarité, d'avantages réciproques et de gagnant-gagnant, et à instaurer un mécanisme de co- opération pour l'investissement dans les start-up.

Il convient d'optimiser la répartition des chaînes in- dustrielles pour le développement coordonné des industries en amont et en aval et des secteurs concernés, d'en- courager la mise en place de systèmes de recherche- développement, de production et de vente, et d'améliorer les capacités d'accompagnement et la compétitivité géné- rale des industries régionales. L'ouverture réciproque du secteur de services doit être élargie et le développement des services régionaux à accélérer. Il est nécessaire de rechercher de nouvelles formes de coopération en matière d'investissement et d'encourager la construction conjointe de toutes sortes de parcs industriels dont zones de co- opération économique et commerciale à l'étranger et zones de coopération économique transfrontalières, et de promouvoir le développement des grappes industrielles. Il est impératif de valoriser le concept de civilisation écolo- gique dans l'investissement et le commerce, et de coopé- rer davantage en matière d'environnement, de biodiversité et de changement climatique afin de construire ensemble une Route de la Soie verte.

La Chine est favorable aux investissements des entre- prises étrangères sur son territoire. Elle encourage ses entreprises à participer à la construction d'infrastructures et à l'investissement industriel dans les pays riverains. En outre, elle encourage ses entreprises à organiser leurs activités selon le principe de la localisation, à soutenir le développement de l'économie locale, à créer des emplois, à améliorer la vie de la population, à accomplir ses responsabilités sociales, et à protéger rigoureusement la biodiversité et l'environnement.

L'intégration financière. Elle constitue un appui majeur à la construction de la Ceinture et de la Route. Il faut approfondir la coopération financière : promouvoir la mise en place en Asie d'un système de stabilisation moné- taire, d'un système d'investissement et de financement et d'un système de crédibilité ; encourager les pays riverains à développer entre eux plus d'échanges de devises et de transactions bilatérales en monnaies nationales ; ouvrir et développer davantage le marché asiatique des obligations ; faire progresser la préparation de la création de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures et de la Banque de développement des BRICS ; engager des négociations entre les parties intéressées afin de créer une institution du financement dans le cadre de l'Organisation de coopération de Shanghai ; et accélérer la mise en place d'un fonds de la Route de la Soie pour qu'il soit opéra- tionnel au plus tôt. Il faut, par ailleurs, approfondir la coopération pragmatique au sein du consortium bancaire Chine-ASEAN et du consortium bancaire de l'Organisa- tion de coopération de Shanghai, et développer une coopé- ration financière multilatérale par voie de crédit syndiqué et de crédit bancaire. Nous encourageons les gouverne- ments des pays riverains, leurs entreprises et leurs ins- titutions financières à notation élevée à émettre des obligations en RMB sur le territoire chinois. Les institu- tions financières et les entreprises chinoises réunissant les conditions requises seront autorisées à émettre à l'étranger des obligations en RMB et en devises étrangères, et sont encouragées à utiliser les fonds ainsi collectés dans les pays riverains.

La coopération en matière de régulation financière sera renforcée. Nous encourageons la signature de mémo- randums d'entente bilatéraux sur la coopération en la ma- tière pour mettre progressivement en place un mécanisme de coordination régional efficace pour la régulation fi- nancière. Les dispositions destinées à affronter les risques et à gérer les crises seront améliorées, et un système d'alerte régional contre les risques financiers sera mis en place pour former un mécanisme d'échanges et de co- opération pour affronter les risques transfrontaliers et gérer les crises. La coopération et les échanges trans- frontaliers entre les services et les institutions d'évaluation du crédit ainsi que les agences de notation seront inten- sifiés. Le rôle du Fonds de la Route de la Soie et celui des fonds souverains seront pleinement valorisés, et les fonds de placement en actions commerciales et les fonds sociaux seront mobilisés pour la réalisation des projets clés de la Ceinture et de la Route.

Compréhension mutuelle des peuples. Il s'agit de l'assise sociale de la construction de la Ceinture et de la Route. Pour asseoir l'approfondissement de la coopération bilatérale ou multilatérale sur une base populaire solide, il faut transmettre et faire rayonner l'esprit d'amitié et de coopération incarné par la Route de la Soie, développer plus d'échanges culturels, académiques, humains, média- tiques, des jeunes, des femmes et en matière de volonta- riat.

Il est nécessaire d'accroître l'ampleur des échanges d'étudiants et d'engager la coopération scolaire. La Chine propose chaque année aux pays riverains 10 000 bourses gouvernementales. Les pays riverains organiseront, de manière croisée, des années culturelles, des festivals artis- tiques, des festivals du cinéma, des semaines de la télévi- sion et des salons du livre, procéderont à la coopération dans la production et la traduction de programmes de la radio, du cinéma et de la télévision, déposeront conjointe- ment des candidatures au patrimoine culturel mondial, et œuvreront à protéger ensemble les sites du patrimoine mondial. Les échanges et la coopération humains des pays riverains seront approfondis.

Il est indispensable de renforcer la coopération touristique et de développer l'industrie touristique. Des semaines et des mois de promotion touristique seront ainsi organisés, des itinéraires et des produits touristiques aux couleurs de la Route de la Soie seront développés conjointement à l'international, et l'obtention de visa des pays riverains sera rendue plus facile. Nous ferons avancer la coopération en matière de croisière sur la Route de la Soie maritime du XXIe siècle, mènerons activement des échanges sportifs et soutiendrons les pays riverains dans leur candidature pour l'organisation d'événements sportifs internationaux.

Nous intensifierons la coopération avec les pays voi- sins en matière d'échange d'informations sur les épidé- mies et les technologies préventives et thérapeutiques, ainsi qu'en matière de formation des personnes qualifiées afin de renforcer la capacité de gérer en collaboration les incidents de santé publique. Nous accorderons aux pays concernés une aide médicale et des secours médicaux d'urgence et engagerons une coopération pragmatique dans les domaines portant sur la santé des femmes et des enfants, la réhabilitation des personnes handicapées, ainsi que les principales maladies contagieuses telles que le sida, la tuberculose et le paludisme. En outre, nous élargirons la coopération dans le domaine de la médecine tradition- nelle.

Nous renforcerons la coopération scientifique et technologique et fonderons avec les pays concernés des laboratoires (centres de recherche) conjoints, des centres internationaux de transfert de technologies et des centres de coopération maritime. Nous encouragerons les échanges du personnel scientifique et technique et engagerons des recherches conjointes pour résoudre des problèmes scien- tifiques et technologiques clés afin d'améliorer la capacité d'innovation.

Nous réorganiserons les ressources existantes et encouragerons la coopération pragmatique avec les pays riverains dans les domaines d'intérêt commun, tels que l'emploi de la jeunesse, la formation pour la création d'entreprises, le développement des compétences profes- sionnelles, les services de gestion de la protection sociale et l'administration publique.

Il faut faire jouer pleinement le rôle de trait d'union des échanges des partis politiques et des parlements et resserrer les liens d'amitié entre les organes législatifs, entre les principaux partis politiques et entre les organisa- tions politiques des pays riverains. Nous nous engagerons dans les échanges et la coopération interurbains et nous encouragerons les villes importantes des pays riverains à instaurer des jumelages entre elles. Nous mettrons l'accent sur les échanges humains et culturels, et donnerons la priorité à la coopération pragmatique pour créer plus de fleurons de coopération. Les cellules de réflexion des pays riverains sont invitées à réaliser des études conjointes et à organiser des forums en coopération.

Nous renforcerons les échanges et la coopération des organisations non gouvernementales des pays riverains, en mettant l'accent sur les activités d'intérêt public et cari- tatives portant sur l'éducation, la santé, la réduction de la pauvreté, la biodiversité et la protection environnementale et en privilégiant les besoins des populations, afin d'amé- liorer les conditions de travail et de vie dans les régions pauvres des pays riverains. Nous intensifierons la coopé- ration et les échanges internationaux entre les médias, et profiterons de l'Internet et des nouveaux médias pour créer un écosystème culturel et un environnement de l'opinion publique marqués par l'harmonie et l'amitié.

V. Mécanismes de coopération

À l'heure actuelle, l'intégration de l'économie mon- diale s'accélère et la coopération régionale est en plein essor. La Chine mettra en valeur les mécanismes de coopération bilatéraux et multilatéraux existants afin de promouvoir la construction de la Ceinture et de la Route et de faire prospérer la coopération régionale.

La Chine renforcera la coopération bilatérale et pro- cédera à des communications et à des consultations à différents niveaux et par de multiples canaux afin de pro- mouvoir le développement global des relations bilatérales. Elle œuvrera pour la signature de mémorandums ou de plans de coopération en vue de construire des projets exemplaires de coopération bilatérale. Elle établira et perfectionnera des mécanismes bilatéraux de travail conjoint, élaborera des plans d'exécution et des feuilles de route de la construction de la Ceinture et de la Route. Elle fera pleinement jouer le rôle des mécanismes bilatéraux existants tels que la commission conjointe, la commission mixte, la commission de coordination, la commission de direction et la commission de gestion, afin de coordonner et promouvoir la mise en œuvre des projets de co- opération.

La Chine intensifiera le rôle des mécanismes de co- opération multilatéraux, en valorisant le rôle des méca- nismes existants, dont l'Organisation de coopération de Shanghai (OCS), le mécanisme Chine-ASEAN (10+1), l'Organisation de la Coopération économique Asie- Pacifique (APEC), le Sommet Asie-Europe (ASEM), le Dialogue pour la coopération en Asie (ACD), la Confé- rence pour l'interaction et les mesures de confiance en Asie (CICA), le Forum sur la coopération sino-arabe, le Dialogue stratégique Chine-Conseil de coopération du Golfe, le Programme de coopération économique de la sous-région du Grand Mékong (GMS), le Programme de coopération économique régionale pour l'Asie centrale (CAREC), pour renforcer sa communication avec les pays concernés et associer plus de pays et régions à la construc- tion de la Ceinture et de la Route.

La Chine continuera à faire jouer le rôle constructif des forums et expositions régionaux et sous-régionaux organisés par des pays riverains, et des plates-formes tels que le Forum de Bo'ao pour l'Asie, la Foire Chine- ASEAN, la Foire Chine-Eurasie, le Forum économique Europe-Asie, la Foire internationale de l'investissement et du commerce de Chine (CIFIT), la Foire Chine-Asie du Sud, la Foire Chine-pays arabes, la Foire internationale de la Chine de l'Ouest, la Foire Chine-Russie et le Forum de coopération Qianhai. La Chine soutient la valorisation par les pays riverains, au niveau local ou au niveau populaire, du patrimoine historique et culturel se rapportant à la Ceinture et à la Route, l'organisation conjointe des acti- vités d'échanges commerciaux, culturels et d'investisse- ments, l'organisation dans de meilleures conditions de la Foire culturelle internationale de la Route de la Soie (Dunhuang), du Festival cinématographique international de la Route de la Soie et du Salon du livre de la Route de la Soie. Elle propose d'instaurer un forum international de haut niveau concernant la Ceinture et la Route.

VI. La situation des différentes régions chinoises dans l'ouverture

Au cours de la construction de la Ceinture et de la Route, la Chine mettra pleinement en valeur les atouts comparatifs de ses différentes régions, mettra en appli- cation une stratégie d'ouverture plus active, et renforcera la coopération interactive Est-Centre-Ouest afin d'aug- menter le niveau d'ouverture de son économie dans tous les domaines.

Le Nord-Ouest et le Nord-Est. La Chine valorisera les atouts géographiques particuliers du Xinjiang et son rôle important en tant que fenêtre ouverte sur l'ouest, pour approfondir les échanges et la coopération avec les pays de l'Asie centrale, de l'Asie du Sud et de l'Asie de l'Ouest, former un centre de transports, de commerce, de logis- tique, de culture, de sciences et d'éducation, et créer une zone centrale de la Ceinture économique de la Route de la Soie. En faisant valoir les atouts économiques et culturels du Shaanxi et du Gansu ainsi que les atouts culturels du Ningxia et du Qinghai, la Chine construira à Xi'an un nouveau pôle de réforme et d'ouverture, accélérera le développement et l'ouverture de Lanzhou et de Xining, fera progresser la construction de la zone d'expérimenta- tion de l'ouverture de l'économie continentale du Ningxia, pour créer un passage, un centre commercial et logistique ainsi qu'une base d'industries importantes et d'échanges culturels tournés vers les pays de l'Asie centrale, de l'Asie du Sud et de l'Asie de l'Ouest. Elle mettra en valeur les atouts géographiques de la Mongolie intérieure en tant que trait d'union avec la Russie et la Mongolie, perfectionnera le corridor ferroviaire reliant le Heilongjiang et la Russie ainsi que le réseau ferroviaire régional, intensifiera la co- opération en matière de transport multimodal transmari- time entre le Heilongjiang, le Jilin et le Liaoning d'une part, et l'Extrême-Orient russe de l'autre, fera avancer la construction du corridor eurasiatique de transport à grande vitesse Beijing-Moscou et établira une importante fenêtre d'ouverture sur le nord.

Le Sud-Ouest. La Chine fera valoir les atouts parti- culiers du Guangxi qui avoisine des pays de l'ASEAN, accélérera l'ouverture et le développement de la zone économique du Golfe Beibu et de la ceinture économique Zhujiang-Xijiang, mettra en place un corridor internatio- nal vis-à-vis de la région de l'ASEAN, créera un nouveau point d'appui stratégique en faveur de l'ouverture et du développement des régions du Sud-Ouest et du Centre- Sud, et construira une porte importante reliant la Route de la Soie maritime du XXIe siècle et la Ceinture économique de la Route de la Soie. En valorisant les atouts géogra- phiques du Yunnan, la Chine œuvrera pour la construction d'un corridor de transport international qui la relie avec les pays voisins, créera un nouveau pôle de coopération économique de la sous-région du Grand Mékong et fera de cette région un centre de rayonnement dans l'Asie du Sud et l'Asie du Sud-Est. Elle travaillera pour promouvoir le commerce frontalier et la coopération touristique et culturelle du Tibet avec le Népal et autres voisins de la Chine.

Les régions côtières ainsi que Hong Kong, Macao et Taiwan. En mettant en valeur les atouts des zones éco- nomiques du delta du Yangtsé, du delta du Zhujiang, de la rive occidentale du détroit de Taiwan et de la mer Bohai, à savoir, un haut degré d'ouverture, une forte puissance économique et une grande influence dans la région, la Chine accélérera la construction de la zone pilote de libre-échange de Shanghai, et soutiendra la province du Fujian dans la construction de la zone centrale de la Route de la Soie maritime du XXIe siècle. En mettant pleinement en valeur le rôle des zones de l'ouverture et de la co- opération de Qianhai à Shenzhen, de Nansha à Guangzhou, de Hengqin à Zhuhai et de Pingtan au Fujian, la Chine approfondira sa coopération avec Hong Kong, Macao et Taiwan afin de créer la grande zone Guangdong-Hong Kong-Macao. Elle fera avancer la construction de la Zone pilote du développement de l'économie maritime au Zhejiang, de la Zone d'expérimentation de l'économie bleue du Détroit du Fujian et de la nouvelle région des îles Zhoushan, et intensifiera le développement et l'ouverture de l'île touristique internationale de Hainan. La Chine ren- forcera la construction des ports dans des villes littorales, dont Shanghai, Tianjin, Ningbo-Zhoushan, Guangzhou, Shenzhen, Zhanjiang, Shantou, Qingdao, Yantai, Dalian, Fuzhou, Xiamen, Quanzhou, Haikou et Sanya, et renfor- cera le rôle des aéroports de Shanghai et de Guangzhou en tant que hubs de transports internationaux. Elle élargira son ouverture pour faire approfondir les réformes, inno- vera le système et le mécanisme de l'économie ouverte, et intensifiera l'innovation technologique afin de former de nouveaux atouts lui permettant de prendre part, comme fer de lance, à la coopération et à la concurrence internatio- nales, et de devenir le pionnier et la force principale de la construction de la Ceinture et de la Route, notamment de la Route de la Soie maritime du XXIe siècle. Elle fera jouer le rôle particulier des Chinois d'outre-mer ainsi que des régions administratives spéciales de Hong Kong et de Macao dans la construction de la Ceinture et de la Route, et adoptera des mesures appropriées pour favoriser la participation de la région de Taiwan à la construction du projet.

Les régions intérieures. La Chine profitera des atouts des régions intérieures, à savoir, un territoire vaste, des ressources humaines abondantes et une bonne base industrielle, et s'appuiera sur des régions clés, dont les conurbations du cours moyen du Yangtsé, de Chengdu- Chongqing, de la Plaine centrale, de Hohhot-Baotou- Ordos-Yulin et de Harbin-Changchun, pour promouvoir la coopération entre les régions et la formation de pôles industriels, faire de Chongqing un point d'appui important pour la mise en valeur et l'ouverture de l'Ouest, et créer des pôles de l'économie ouverte à Chengdu, à Zhengzhou, à Wuhan, à Changsha, à Nanchang et à Hefei. La Chine accélérera la coopération des cours supérieur et moyen du Yangtsé avec le district fédéral de la Volga en Russie. Elle mettra en place un mécanisme de coordination pour le transport ferroviaire et le dédouanement dans le cadre des corridors Chine-Europe, créera la marque « Train Express Chine-Europe », et construira des corridors de transport reliant la Chine et l'étranger ainsi que l'Est, le Centre et l'Ouest du pays. La Chine soutiendra les villes intérieures, comme Zhengzhou et Xi'an, pour qu'elles construisent des aérogares et des ports continentaux internationaux, renforcera la coopération entre les ports intérieurs et les ports littoraux et frontaliers en matière de dédouanement, et développera à titre d'essai les services de commerce électronique transfrontalier. Elle optimisera la répartition régionale du contrôle spécial des douanes, innovera les modes du commerce de sous-traitance, et approfondira la coopération industrielle avec les pays riverains.

VII. La Chine en action

Depuis plus d'un an, le gouvernement chinois a travaillé activement pour promouvoir la construction de la Ceinture et de la Route, multiplier ses consultations et ren- forcer sa coopération pragmatique avec les pays riverains et mettre en place une série de mesures politiques afin d'obtenir les premiers résultats.

Le rôle d'impulsion des échanges de haut niveau. Le Président Xi Jinping, le Premier Ministre Li Keqiang et d'autres dirigeants chinois ont effectué des visites dans une vingtaine de pays. Ils ont participé au Dialogue sur le Renforcement du Partenariat de l'Interconnexion et à la 6e Conférence ministérielle du Forum sur la coopération sino-arabe et rencontré à plusieurs reprises les chefs d'État et de gouvernement concernés pour échanger des vues sur les relations bilatérales et le développement régional, expliquer le sens profond et la signification positive de la Ceinture et de la Route, et dégager de larges consensus quant à la construction conjointe de la Ceinture et de la Route.

La signature du cadre de coopération. La Chine a signé des mémorandums de coopération sur la cons- truction conjointe de la Ceinture et de la Route avec certains pays, des mémorandums sur la coopération régionale et frontalière ou des plans de développement relatifs à la coopération économique et commerciale à moyen et long terme avec des pays voisins. Elle a étudié et élaboré des programmes de coopération régionale avec d'autres pays voisins.

La promotion de la réalisation des projets. La Chine a renforcé sa communication et ses consultations avec les pays riverains. Un certain nombre de projets clés de coopération, dont les conditions sont requises, ont été mis en œuvre, concernant l'interconnexion d'infrastructures, l'investissement industriel, l'exploitation des ressources, la coopération financière, économique et commerciale, les échanges culturels, la protection de l'environnement, la coopération maritime, etc.

Le perfectionnement des mesures et politiques. Le gouvernement chinois, avec une vision globale, a mobilisé des divers moyens pour renforcer le soutien politique. La Chine a œuvré à la création de la Banque asiatique d'investissement pour les infrastructures, a pris l'initiative d'établir le Fonds de la Route de la Soie, et a renforcé le rôle d'investissement de la Fondation de coopération économique Chine-Eurasie. Le gouvernement chinois a encouragé ses institutions de compensation par carte bancaire et ses institutions de paiement à développer leurs opérations transfrontalières.

La Chine œuvre pour la facilitation des investisse- ments et du commerce, et favorise la réforme concernant l'intégration régionale du dédouanement.

La valorisation des différentes plates-formes. La Chine a organisé avec succès des sommets, des forums, des séminaires et des foires internationaux sur le thème de la Ceinture et de la Route.

VIII. Construire ensemble
un bel avenir

La construction conjointe de la Ceinture et de la Route est une proposition de la Chine mais aussi une aspiration commune de tous les pays riverains. Sur un nouveau point de départ, la Chine souhaite, à travers la réalisation conjointe de la Ceinture et de la Route, mener des consultations avec les pays riverains sur un pied d'égalité, tenir compte des intérêts et préoccupations respectifs de différentes parties, et œuvrer ensemble pour une ouverture, une interaction et une intégration plus larges, plus profondes et à un niveau plus élevé. La construction de la Ceinture et de la Route, marquée par l'ouverture et l'esprit inclusif, s'ouvre à tous les pays et à toutes les organisations internationales et régionales, leur participation active sera la bienvenue.

La construction conjointe de la Ceinture et de la Route doit se faire sur la base de la coordination des objectifs et de la consultation des politiques, sans chercher obstinément l'uniformité. Il s'agit d'un processus de co- opération caractérisé par la souplesse, l'élasticité, la diversité et l'ouverture. La Chine entend travailler, de concert avec les pays riverains, pour enrichir et perfec- tionner sans cesse le contenu et les modes de coopération du projet de la Ceinture et de la Route, élaborer un calendrier et une feuille de route, et favoriser la synergie des plans de développement des pays riverains et des programmes de coopération régionale.

Dans le cadre des mécanismes existants de coopé- ration tant bilatérale que multilatérale, tant régionale que sous-régionale, la Chine entend coopérer avec les pays riverains sous forme de recherches conjointes, de forums, d'expositions, de formation, d'échanges d'idées et de visites, pour approfondir la connaissance et la compré- hension des pays riverains sur le contenu, l'objectif et la mission de la Ceinture et de la Route.

La Chine entend œuvrer, ensemble avec les pays riverains, pour poursuivre de manière régulière la mise en œuvre des projets pilotes, développer des programmes prenant en considération les intérêts bilatéraux et multi- latéraux, lancer sans tarder les programmes dont les conditions requises sont réunies et faisant l'objet du consensus de toutes les parties en vue de récolter les premiers fruits.

La Ceinture et la Route constituent une voie de respect et de confiance mutuels, de coopération et de gagnant-gagnant, ainsi que d'inspiration mutuelle des différentes civilisations. Tant que les pays riverains travaillent en toute solidarité et dans le même sens, nous pourrons tous ensemble inaugurer de nouveaux chapitres de la construction de la Ceinture économique de la Route de la Soie et de la Route de la Soie maritime du XXIe siècle et apporter des bénéfices à tous les peuples rive- rains.

 Construire ensemble la Ceinture économique de la Route de la Soie et la Route de la Soie maritime du XXIe siècle–Perspectives et actions  (2015-04-04)
 Vision and Actions on Jointly Building Silk Road Economic Belt and 21st-Century Maritime Silk Road  (2015-03-31)
 推动共建丝绸之路经济带和21世纪海上丝绸之路的愿景与行动  (2015-03-31)